Diocese of Saskatoon

Notre foi en action - Année de Justice et de Sensibilisation de la formation prépare les disciples missionnaires à mettre la foi en action

english

Video in English

 

 

Appuyé par vos dons à la Campagne Annuelle de l’Évêque, le programme de formation de l’Année de Justice et de Sensibilisation ( JOY )du diocèse lie l’Enseignement Social Catholique aux défis de la vie réelle vécue par les personnes marginalisées.

 

Pendant 10 séances mensuelles de fin de semaine dirigées par la coordinatrice Kate O’Gorman, les participants de JOY explorent les questions de la dignité humaine et de la justice liées à des domaines tels que le développement international, la pauvreté, l’injustice économique, l’accompagnement des peuples Autochtones et Métis, les réfugiés, la santé et les soins des aînés, la faim et la nourriture, la justice restauratrice, la jeunesse et la famille.

 

En visitant les organismes de services locaux et en passant du temps avec les gens qu’ils servent, les participants de JOY élargissent leur compréhension des défis dans tous ces domaines, et comment les questions se rapportent à la foi chrétienne. Ils développent également des compétences pratiques pour s’engager dans le service et la sensibilisation. Les diplômés de JOY disent que le fruit du programme est la transformation.

 

En tant que participant à JOY, Paul Wheeler, de la Paroisse St. Augustin à Saskatoon, a été expulsé de sa zone de confort – d’abord par l’engagement à servir comme visiteur bénévole de l’hôpital, puis à travers les rencontres au Centre Correctionnel de Saskatoon, où il a été témoin de la sensibilisation fournie par la coordinatrice diocésaine du Ministère Restaurateur, Dianne Anderson et son équipe des bénévoles. Wheeler a été également touché profondément en voyant le surpeuplement et le manque de programmation ou de formation pour les hommes dans la prison.

 

«  Il y a beaucoup de travail qui doit être fait pour aider ces jeunes gens à se manifester dans la société avec une chance de ne pas récidiver et de ne pas retourner en prison,»observe-t-il.

 

Inspiré par l’appel du programme JOY à mettre la foi en action, Wheeler a puisé de sa propre expérience et de son rôle d’instructeur dans le programme des Arts culinaires de l’École Polytechnique de la Saskatchewan  pour proposer la création d’un nouveau programme de formation pour les hommes quittant la prison, leur permettant d’acquérir les compétences  fondamentales de préparation des aliments, obtenir un certificat, et avoir quelques compétences tangibles à soumettre un CV. L’École Polytechnique de la Saskatchewan, la société John Howard et le Département Correctionnel provincial ont répondu positivement à l’idée, et le programme est maintenant en cours de développement et il devrait est mis en place dans une année.

 

« Le programme JOY a joué un rôle déterminant en me montrant que lorsque vous voyez un problème où les gens souffrent ou que les gens éprouvent de l’injustice ou quoi que ce soit, notre appel est de sauter là-dedans. Il pourrait ne pas être confortable au début, mais il y a de petites choses que nous pouvons faire,» dit Wheeler.

« JOY, pour moi, a été une façon de suivre ce que Jésus nous a toujours dit –  vous devez sortir et vous impliquer, faites preuve de miséricorde, montrez de la compassion, aidez les gens qui sont à la périphérie de la société: les malades, les personnes âgées, ceux et celles en prison. » – Paul Wheeler, diplômé de JOY

 

 

Les diplômés de JOY Jason et Rachelle Brockman de la Paroisse St. Philippe Neri décrivent JOY comme une expérience incroyable – ou dans les paroles de Jason: «  Moi humble 101.»  Jason ajoute: “Après le programme JOY, trois mots résonnent pour moi en ce qui concerne la foi en action : sympathie, empathie et compassion.»  Rachelle souligne: « Non seulement avions-nous besoin de notre foi dans ce parcours, il a absolument confirmé notre foi, sachant que le Christ marchait sur cette terre and voyait ce que nous voyions, probablement mille fois…Il ne nous a pas abandonnés. Il ne s’est pas juste assis derrière et dire ‘ c’est trop, je ne peux pas le faire, je ne peux rien faire ´. Il est sorti. »